Contamination accidentelle par le VIH

 

La question : Les personnels soignants sont très exposés au risque de contamination accidentelle par le VIH (piqûre), mais une rupture de préservatif, un coït en état d'ébriété ou sous l'emprise d'une drogue peut aussi amener à ce risque. Que doit-on faire?

Constat : Le risque de transmission du VIH lors d'une piqûre accidentelle est  faible mais à partir du moment où il existe, on ne peut prendre aucun risque.

La réponse : Vous devez immédiatement vous rendre aux urgences (et pas un médecin de ville qui ne possède pas les traitements) les plus proches, en privilégiant les CHU-CHR pour éviter des déconvenues. En fonction de l'histoire décrite, on vous prescrira des antiviraux (en général 3) à prendre pendant 1 à 6 mois et on vérifiera votre sérologie de départ. En théorie, tous les services d'urgence doivent disposer de ces antirétroviraux. S'ils font la fine bouche, vous êtes en droit de faire un scandale (toutefois, la prise des antirétroviraux n'est pas à une minute près!! et n'exigez pas un traitement dans l'heure si la contamination date de la veille!). Attention, il est quasi impossible de savoir si ce traitement précoce évite la contamination, mais il y a de forts arguments en faveur. Si vous décidez de prendre le traitement, il faut le suivre à la lettre, c'est très astreignant. On vous fera pendant les mois suivant des sérologies de vérification

Conclusion : En cas de contamination accidentelle, allez aux urgences!


 

Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil