Hypertension artérielle (HTA) et grossesse

Définition :

Pression artérielle supérieure à 14/9 (et non pas 16/9, limite adoptée pour les autres cas). Elle doit être mesurée à chaque consultation de grossesse.

Les causes

Risque de l'association grossesse-HTA

Que faire ?

Le premier traitement indispensable est le repos, la femme doit arrêter de travailler absolument : on ne rigole pas avec l'HTA lors d'une grossesse. L'homme doit être à la disposition de sa femme (OK les machos ?)! Ce repos suffit généralement à contrôler l'HTA. Si c'est insuffisant, il faut prendre des médicaments : peu sont disponibles car beaucoup sont interdits pendant la grossesse, mais on se débrouille. Il faut éviter au maximum les diurétiques, mauvais traitement de l'HTA gravidique.

On surveille très régulièrement les protéines dans les urines et l'acide urique dans le sang (pour évaluer le rein), les plaquettes (risque si elles diminuent) et bien sur la pression artérielle et le fœtus avec une échographie.

En cas de risque de complications, l'accouchement est décidé immédiatement.

Après la grossesse ?

L'HTA disparaît en général après l'accouchement. Elle peut revenir lors d'une autre grossesse

Prévention :

Pas vraiment, mais la dépister le plus tôt possible. Il existe de plus en plus, notamment pour les femmes à haut risque, de matériel au domicile de ces patientes pour mesurer la FC du foetus (dépister une souffrance) et la pression artérielle.

Conclusion :

L'HTA est une complication assez fréquente de la grossesse, en général sans conséquence si détectée et prise en charge rapidement. Par contre, la négliger amène à des risques vitaux et pour la mère et pour le fœtus.


Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil