Utilisation des aérosols doseurs dans l'asthme

 

Avant l'arrivée des aérosols doseurs comme traitement de l'asthme, soit en préventif, soit en curatif, les seuls traitements disponibles à domicile étaient des comprimés ayant d'importants effets secondaires. Le but de ces aérosols est d'apporter les mêmes molécules qui étaient contenus dans les comprimés (à savoir soit des bêta mimétiques qui relâchent les muscles des broches, soit des corticoïdes pour son action anti inflammatoire) directement dans les bronches, avec peu de passage dans la circulation et donc moins d'effets secondaires. Néanmoins, leur utilisation nécessite des règles précises afin d'en obtenir le maximum d'efficacité. Rappelons enfin cette règle essentielle : si les aérosols, type Ventoline® ne sont pas rapidement efficaces pour calmer une crise aiguë d'asthme (ou si la crise est telle qu'on ne peut pas les prendre convenablement), il faut absolument se diriger vers les urgences. L'asthme tue chaque année des centaines d'individus, souvent pas négligence.

les règles d'utilisation :

simple, mais souvent mal réalisé.

Rappelons qu'il vaut mieux prendre les bêta mimétiques type Ventoline ou Bricanyl avant les corticoïdes (type bécotide). Il est préférable enfin de boire un verre d'eau après la prise des corticoïdes pour éviter la survenue de mycoses buccales (les corticoïdes sont des immunosuppresseurs) ou d'une raucité de la voix

les progrès récents :

Surtout mis sur le marché pour les enfants, de nouveaux types d'aérosols existent, sous forme de poudre : il suffit que le patient mette le délivreur de dose devant sa bouche et inspire profondément, la dose part toute seule. Le seul problème est qu'il est toujours difficile de savoir si la poudre a bien été prise.

Conclusion :

Les aérosols doseurs dans l'asthme constituent un progrès important, uniquement s'ils sont bien utilisés.


Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil