Greffe de moelle osseuse (GMO)

 

Définition : Coupons déjà court à une erreur très souvent faite par les journalistes, il ne s'agit pas d'une greffe de la moelle épinière (expansion du cerveau dans la colonne vertébrale qui contrôle la mobilité des muscles), mais de changer la moelle osseuse d'individus atteints généralement de maladies hématologiques graves.

La moelle osseuse est la substance rouge (liquide) à l'intérieur des os qui fabrique tous les globules du sang. C'est là aussi que peut naître une leucémie.

Comment ça se passe : Pour greffer une moelle, il faut obtenir une moelle provenant d'un donneur totalement compatible (HLA compatible, voir système HLA) avec le receveur, et cela n'existe quasiment qu'entre frères et soeurs : 2 frères ou soeurs ont une chance sur 4 d'être compatibles. La moelle est prélevée au receveur en ponctionnant les os de ses fesses sous anesthésie générale. On recueille environ 300 ml de moelle (liquide). Avant de la transfuser au receveur (par simple injection IV car les cellules de la moelle savent d'elle même retourner du sang vers la moelle), celui-ci doit être conditionné : il faut éliminer sa moelle existante saine et malade par la chimioradiothérapie et diminuer ses défenses pour qu'il accepte la greffe. Après 15j à un mois (le patient est en secteur stérile), la moelle refait un sang normal, si tout se passe bien.

Indications : essentiellement les leucémies non guéries par la simple chimiothérapie. Le receveur doit être jeune (<50-55 ans) car la lourdeur du conditionnement du receveur fait quue des sujets plus âgés ne la supporterait pas

Les problèmes :

Cas particuliers :

Parfois, la moelle utilisée est celle du patient lui-même prélevée lorsqu'il était "guéri" de sa maladie, on parle alors d'autogreffe et elle est souvent mieux tolérée.

Conclusion : Un des traitements les plus lourds qu'on peut faire à un malade mais qui s'adresse aux maladies les plus graves (leucémies)


Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil