Les quinolones

Qu'est-ce que ces quinolones ?

Il s'agit d'une classe d'antibiotiques, certains de première génération (Negram et Pipram) utilisés pour les infections urinaires simples, d'autres apparus dans les années 80, plus puissants, les fluoroquinolones (Peflacine®, Oflocet® et Ciflox®)

Quels sont les avantages de ces traitements

Les fluoroquinolones ont l'avantage de pouvoir être donnés sous forme orale et intraveineuse, ce qui constitue une exception dans le royaume des antibiotiques dit à large spectre (actifs sur de très nombreuses bactéries)

Elle diffusent très bien dans l'ensemble de l'organisme, notamment dans l'os, prostate ou les méninges.

Elles agissent (surtout l'Oflocet®) sur certains types de bactéries atypiques comme legionella (maladie des légionnaires) et  chlamydia mais aussi sur les bacilles tuberculeux

Quels sont les inconvénients (contre indications et effets indésirables)

Les quinolones sont contre indiqués chez la femme enceinte et l'enfant jusqu'à la fin de sa croissance

Les quinolones, surtout en cas d'utilisation prolongée (fréquente de par leurs indications), peuvent provoquer des problèmes aux tendons, notamment achilléens, avec risque de rupture.

Il convient d'éviter l'exposition solaire trop prolongée (réactions excessives de la peau) surtout pour certaines quinolones récentes (Zagam et logiflox®)

Allergies (rare), troubles digestifs bénins (assez fréquents)

Indications de ces traitements

Quinolones de première génération : uniquement les infections urinaires non compliquées

Fluoroquinolones :

4 remarques

L'activité d'une quinolone prise par la bouche ou en IV est quasi identique, alors que le prix ne l'est pas : le passage par la bouche doit être fait dès que possible.

La Péflacine® est la plus fautive en terme de tendinopathies, mais son activité pour certaines infections hépatiques ou biliaires est incomparable.

Le ciflox® ne devrait pas être utilisable en ville car il agit sur certaines bactéries très résistantes. Sar surutilisation, notamment en monothérapie, risque de faire perdre cette activité

D'une manière générale, et en dehors des infections urinaires simples, une fluoroquinolone ne devrait pas être prescrit en ville aussi souvent qu'elle l'est en monothérapie : il faut les réserver aux infections graves et toujours les associer à un autre antibiotique, au moins au début du traitement.

Conclusion

Les quinolones de par leur mode d'action sont des antibiotiques incomparables dans des infections sévères; il faut néanmoins se rappeler de leurs contre indications et éviter de les prescrire en monothérapie


Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil