Viagra®, avancée pour riches

 

A quoi sert le Viagra® :

   Le Viagra® est donc un traitement contre l'impuissance, se présentant sous forme de comprimés. Il agit dans les formes d'origine psychogène (pas de lésions) ou organique (lésion ou maladie à l'origine des troubles de l'érection). Il ne modifie pas le désir sexuel. Rappelons que l'impuissance, ou plus précisément, la dysfonction érectile, a une définition claire : incapacité pour un homme d'avoir ou de maintenir une érection satisfaisante pour permettre la réalisation d'un acte sexuel considéré par le patient comme satisfaisant. On estime que près de 5 à 20% des adultes, selon l'âge, ont ce dysfonctionnement : le marché est gigantesque...

Est-ce une avancée médicale ?

  Oui, essentiellement de par sa forme : il s'agit de la prise d'un comprimé alors que les précédents traitements étaient soit des injections directement intrapéniennes (intracaverneuses), soit la manipulation de prothèses, dont on peut imaginer qu'ils entraînent d'autres troubles psychologiques. Les quelques comprimés contre l'impuissance parfois prescrits n'avaient aucune indication officielle, mais vue l'importance de l'effet placebo dans ce genre de pathologie, on pouvait croire à une certaines efficacité.

Concernant le Viagra®, les études contre placebo ont été particulièrement bien menées et son efficacité ne fait aucun doute puisqu'il serait efficace dans près de 80% des cas. Diverses maladies sont à l'origine d'impuissance comme les interventions sur la prostate, le diabète, les lésions nerveuses ou les obstructions artérielles. Le Viagra® semble un peu moins efficace dans les cas de diabète ou de lésions post chirurgicales.

Les 2 effets secondaires bénins les plus fréquents sont les céphalées (pas une raison pour refuser cocotte....) et les bouffées de chaleur (il y a aussi des rhinites, des troubles de la vision temporaires, des douleurs articulaires ou abdominales); quant aux graves, voir absolument le paragraphe contre-indications. On connaît encore mal les conséquences de l'utilisation prolongée (effets secondaires, diminution d'efficacité ?) du Viagra®.

La dose de Viagra® à prendre varie entre 1 à 4 cp/j(plus ne sert à rien), sachant que les mesures d'érection ont été réalisées dans les études 1 heure après la prise. Le comprimé, non remboursé par la sécurité sociale, coûtera environ 70 francs, et doit être prescrit par un médecin... Arrivée en France le 15 Octobre 1998.

Est-ce une avancée sociale ?

Satisfaire le plaisir d'un homme est une chose, améliorer le quotidien d'une famille ou d'une société en est une autre. Il n'y a pas eu d'études pour connaître l'impact familial par exemple de cette molécule et il parait dès à présent important de s'en soucier (l'éventuelle prise de cette molécule après accord médical devrait être une décision de couple et non pas seulement de l'homme). D'une manière plus générale, et en s'écartant des indications pour des pathologies de l'impuissance (la prise de Viagra® en dehors des indications d'impuissance n'a jamais été vraiment testée), on ne fait qu'augmenter encore la chimiothérapie du plaisir nous acheminant à une société de dépendance. Il ne faut d'ailleurs par oublier que quelques consultations psychiatriques ou quelques échanges de paroles entre partenaires remplacent parfois avantageusement un médicament qui n'agit parfois que par un effet placebo.

Surtout, ce médicament ne peut être considéré comme une avancée sociale puisque son prix le rend inaccessible aux plus démunis, 70 francs représentant rappelons-le, en brut, près de deux heures de SMIC, 4 cp représentant une journée de SMIC. Ce prix élevé est lié à l'absence de demande de remboursement de la sécurité sociale par le laboratoire. (la sécu devra toutefois payer les nombreuses consultations liées à la prescription du Viagra®)

Quelles sont les contre-indications à respecter ?

Le risque principal du Viagra® est la baisse de la pression artérielle qui apparaît notamment lorsqu'une personne prend déjà des dérivés nitrés pour des problèmes cardiaques (insuffisance cardiaque ou problème de coronaires). Ne jamais prendre ces deux types de médicaments en même temps. Il faut aussi se méfier de toute sorte d'adjuvants trouvés dans certains magasins pour augmenter l'activité sexuelle, ils peuvent pour certains aggraver la baisse de pression artérielle.

D'une manière générale, pour toute personne souffrant d'insuffisance cardiaque ou de problèmes coronaires, la pratique d'actes sexuels sans mesure augmente fortement l'activité du cœur, pouvant être à l'origine chez ces individus de troubles cardiaques graves. Les mauvaises langues ajoutent d'ailleurs que si certaines assurances privées américaines remboursent ce médicament, c'est parce qu'il devrait tuer de nombreux cardiaques, limitant ainsi les dépenses de ces pathologies fort coûteuses......

Perspectives

Le Viagra est actuellement testé chez la femme (action probablement par augmentation des sécrétions vaginales). D'autres traitements de ce type devraient arriver dans les prochaines années, en espérant qu'ils soient plus abordables.

 

Conclusion :

Un réel progrès, hors de prix pour les démunis, mais dont les conséquences à long terme sur le plan social restent à déterminer.


Retour doigtier scientifique

Nous écrire     Accueil