Le Doigt Rose

samedi 20 octobre 2001


Introduction sur l'IPAQ

 

L'arrivée sur le marché depuis quelques années des "organisateurs de poche" (PDA) a profondément modifié les pratiques quotidiennes de nombreux individus. Un des inconvénients est d'ailleurs la dépendance majeure vis à vis de ces objets sans lesquels nous vivions finalement bien avant. Cachez le PDA d'un ami et vous le verrez errant, incapable de réfléchir, débutant un deuil insurmontable.  Alors, oui, ces objets sont en eux mêmes inutiles et beaucoup s'en sortent très bien avec un vieux calepin (tentez de le cacher aussi, le résultat sera d'ailleurs le même...). Mais quel plaisir de pouvoir à tout instant lire un ancien roman, écouter un morceau de musique mp3 ou même à présent regarder une vidéo du film que vous n'avez pas pu voir la veille. Autre avantage sans équivalent par rapport aux amateurs des téléphones mobiles : l'utilisateur de PDA ne gêne personne : qu'il lise, écoute ou regarde, muni d'un écouteur, il paraît comme absent de la foule. Le PDA est l'outil indispensable du banlieusard qui passe tant d'heures dans les transports en commun.

 

Si la majorité des PDA (en dehors des anciens palm) savent lire les fichiers musicaux comprimés de type mp3, la vidéo plein écran n'est l'apanage que des tous récents, le premier ayant ouvert la voie étant l'ipaq aidé par des développeurs de génie sans soucis lucratif immédiat. Nous reverrons toutes ces possibilités au fil des semaines. A Bientôt.

La semaine prochaine : préparez vos écouteurs pour le mp3

 


Nous écrire     Accueil